Salut Fanny, comment ksé ? Ça se passe bien le confinement ?

Le confinement se passe plutôt bien, partagée entre créativité, bricolage, jardinage et réflexions sur notre monde à distance. Je garde un regard ouvert sur notre sociéte actuelle, rêve à celle de demain. Soyons utopistes, soyons le changement. Voila comment je vis au quotidien la situation.  Bien entendu, comme d’autres, le manque contact humain réel se fait sentir, l ‘extérieur aussi, car sensible à notre mère nature, aux grand espaces, mes lieux ressources. Alors je dessine, en diffusant tous les dimanches  sur facebook une réalisation, un croquis .. destiné à ensoleiller le quotidien des confinés.

Comment as-tu connu le Comment Ksé ? 

tout simplement parce que je fréquentais le bar d’Eric, le Hop hop hop à Lorient , un lieu déjà pourvoyeur de concerts, d’expositions et d’ateliers collaboratifs chaleureux (atelier d’écriture, la cuisine des potes.. ). Un état d’esprit que je retrouve au Comment Ksé, une émulation collective variée à taille humaine, source d’échanges et d’événements culturels, un réservoir d’idées grâce à la diversité des participants toutes générations confondues. Comme disait Desproges « l’ouverture d’esprit  n’est pas une  fracture du crâne ». Le tout dans une ambiance familiale « comme à la maison « .

Tu es artiste peintre, depuis quand peins-tu ? 

Créative depuis l ‘enfance, j ‘ai toujours dessiné. C ‘est intrinsèque, viscéral, vital. Je m ‘inspire de ce que je vois, perçois,  ou alors j ‘imagine et retranscris  de mémoire à partir d’images, de photos vues, d impressions,  de mes sensations liées à mes parcours dans la ville et la nature. Je croque un instant, une impression fugace, que je retravaille après, jette sur le papier une image, une émotion qui surgit,  légère et libre.  Libre d’être interprétée ensuite par le spectateur. Laisser libre court aux projections personnelles de chacun…

Comment définis-tu ton style ? Ta technique ? 

Mon style, comment se définir .. Eh bien, spontanée, intuitif..   avec une imagination fertile. Mes créations visuelles peuvent prendre différentes formes, paysages, architectures de Lorient au départ, teintées d’orient, influencées par les paysages marocains, tunisiens et autres …Progressivement des visages émergent, féminins typées, des femmes d’ailleurs, indépendantes et nomades. J ‘use de diverses matières, papiers déchirés, encres, aquarelles, pastels gras, peinture ainsi que le fil, la couture, le crochet, le tissu. Le fil, héritage féminin familial, a toujours été présent dans mes créations. Un élément récurrent dont j ‘use en épaisseur, en volume,  noué, cousu ou piqué, comme un révélateur de certaines parties.

Tu offres une de tes œuvres au Comment Ksé en contrepartie d’un don au crowdfunding, peux-tu nous en dire plus sur ce tableau ?

La réalisation que j ‘offre pour le crowfunding du Comment Ksé fait partie d’une série que j’ai commencé récemment, celle des couples, l ‘union, la fusion. Je travaille sur de la toile thermocollante que je mouille progressivement, je joue avec l ‘encre, laisse fuser, faire le hasard, les accidents. Je repasse à plusieurs reprises sur certains endroits une fois secs ou en humidifiant à nouveau pour accentuer les contrastes. Je cherche l’immédiateté, un effet spontané alors que c ‘est très long et nécessite plusieurs temps de pause entre chaque couche. J’accentue ensuite au fil, une manière de faire circuler le regard en accentuant certains détails, focalisant l’attention. J’aime ce travail lent et patient à l’aiguille, de coutures, reprises, tissages, de fils noués ou échevelés… Qui m’absorbe toute entière, un hors temps en apesanteur, bonheur.

Merci beaucoup pour ton don et pour tes réponses, à bientôt au Comment Ksé 🙂

Voici le tableau offert par Fanny :